Orientation en randonnée : comment utiliser une boussole et une carte en montagne ?

par | 5 février 2021 | Randonnée / trekking : trucs et astuces

S’orienter en randonnée est quelque chose qui n’est pas forcément évident. Si en milieu urbain, les panneaux indicatifs sont partout dans le champ de vision et que la possibilité de demander son chemin existe toujours, dans la montagne, ce n’est pas la même chose.

En suivant un sentier, on peut ne croiser personne pendant toute une journée et n’apercevoir aucune indication apparente.

Pour ne pas se perdre en randonnée, il est d’abord important de préparer votre itinéraire avant le départ et se poser les bonnes questions :

  • Où allez-vous ?
  • Quelle distance allez-vous faire ?
  • Quel est le dénivelé ?
  • Par où allez-vous passer ?
  • Comment est balisé le parcours ?

En ayant en tête les réponses à ces questions, vous réduisez déjà fortement les risques de vous égarer puisque vous aurez une image mentale de votre itinéraire de randonnée pédestre.

Malgré cela, emportez toujours une carte et une boussole pour pouvoir vous repérer dans l’espace et trouver votre chemin. Il faudra évidemment savoir les utiliser correctement.

Comment ?

La réponse dans l’article ! 😉

 

Comment utiliser une carte et une boussole pour s’orienter en randonnée ?

 

un randonneur avec une carte topographique

 

Pour repérer votre position et votre itinéraire avec une carte et une boussole, vous devez :

  1. Orienter correctement la carte vers le Nord.
  2. Repérer votre position sur la carte

En randonnée, on utilise une boussole composée :

  • d’une plaquette
  • d’une aiguille indiquant le Nord
  • d’un cadran rotatif et gradué
  • d’une ligne de visée.

Attention : une boussole indique le Nord magnétique et pas le Nord géographique. En  France, la différence entre les deux est quasi-nulle mais plus on s’approche des cercles polaires, plus elle grandit. Ainsi, si vous partez pour une randonnée au Groenland, gardez à l’esprit que la déclinaison magnétique est de 29° ouest !

 

1 – Comment orienter une carte topographique vers le Nord ?

 

Placez votre randonnée à plat et positionnez la boussole avec la lignée de visée parallèle à l’axe Nord Sud et pointée vers le Nord (haut de la carte).

Faites ensuite tourner le cadre de façon à ce que sa flèche rouge et le “N” du cadran pointent vers le Nord.

Faites enfin tourner la boussole et la carte ensemble jusqu’à ce que l’aiguille soit alignée avec la flèche et la ligne de visée.

Votre carte est désormais correctement orientée vers le Nord.

Vous êtes perdu(e) ? L’explication en vidéo :

 

2 – Comment se repérer sur une carte de randonnée de randonnée (IGN)

 

Pour s’orienter en randonnée correctement, vous devez connaître la légende d’une carte topographique.

Sur les cartes IGN, celle-ci est indiquée dans un angle de la carte mais il peut être fastidieux de la déplier entièrement, s’il pleut ou s’il y a du vent par exemple.

Pour trouver votre position dessus, repérez un élément notable à côté de là où vous vous trouvez ou à côté duquel vous êtes passé : le parking du départ, un abri, un ruisseau, un lac, la sortie d’une forêt, un col, un croisement, etc.

 

Comment lire la légende d’une carte topographique IGN (bases) :

 

  • Lignes roses : sentiers de randonnée balisés
  • Lignes en pointillés : sentiers non balisés
  • Lignes oranges avec bords noirs : pistes forestières
  • Lignes blanches avec bords noirs : routes bitumées
  • Lignes bleues avec bords bleus : cours d’eau
  • Points bleus avec bords bleus : étendues d’eau (étangs, lacs)
  • Zones blanches : zones sans végétation haute (pré, prairie)
  • Zones vert clair : zones de végétation broussailleuse
  • Zones vert foncé : zone de végétation dense (forêts)
  • Zones vertes avec symboles ronds : forêts d’arbres feuillus
  • Zones vertes avec symboles triangulaires : forêts de conifères
  • Maisons roses sans fond : abri non gardé
  • Maison roses avec fond rose : abris gardés (refuges de montagne)
  • Lignes marrons fines : courbes de niveau équidistante (10 mètres sur une carte à l’échelle 1:25000)
  • Lignes marrons épaisses : courbes de niveau équidistantes (50 mètres sur une carte à l’échelle 1:25000)
  • Chiffres en noir : altitude en mètres

NB : plus les courbes de niveau sont serrées sur la carte plus la pente est raide sur le terrain.

 

Quelles cartes topographiques utiliser en randonnée ?

 

Plus l’échelle d’une carte topographique est petite, moins elle est précise. En randonnée, un utilise généralement des cartes 1:25000, ce qui signifie qu’un centimètre sur la carte représenté 250 mètres dans la réalité (25 000 centimètres).

Cependant, vous pouvez également envisager d’utiliser des cartes à l’échelle 1:50000 si vous n’envisagez pas de faire de hors-sentier.

Au-delà, les cartes sont plus des cartes destinées au tourisme et moins à la randonnée.

En France, nous vous conseillons d’utiliser les cartes Top 25 de l’IGN (Institut Géographique National). Elles couvrent l’ensemble des territoires montagneux du pays ainsi que les côtes des littoraux.

 

Faut-il utiliser un GPS de randonnée pour s’orienter en randonnée ?

 

GPS de randonnée

 

La promesse d’un GPS de randonnée est séduisante : connaître en permanence sa position de manière très précise et suivre simplement son itinéraire sans avoir peur de se perdre.

C’est vrai, un GPS de randonnée présente plusieurs avantages :

  • Il est très précis car il permet de connaître votre position à quelques mètres près.
  • Il suffit de suivre un itinéraire téléchargé dessus à la maison (trace GPX ou KML). Certains GPS émettent un avertissement sonore si on s’en écarte trop.
  • Il permet d’enregistrer le parcours réalisé pour pouvoir le consulter et la partager.

Toutefois, vous ne devez pas baser votre orientation en randonnée uniquement sur un GPS.

En effet, vous ne serez jamais à l’abri d’une mauvaise chute de celui-ci ou d’une panne de batterie.

Mais même si votre GPS est toujours en état de fonctionnement, il peut s’avérer inutile. Pour vous indiquer votre position, il doit être lié à quatre satellites au moins. Or, en montagne, à cause du relief ou de la météo, ce n’est pas toujours possible.

En outre, s’il est envisageable lors d’une randonnée d’un ou deux jours, votre GPS de randonnée devra rester à la maison lors de treks plus longs tels que le Tour du Mont Blanc.

Dans tous les cas, emportez toujours une carte et une boussole pour pouvoir vous orienter en montagne et ce même si votre GPS et votre smartphone n’ont plus de batterie !

 

Utiliser une application de randonnée pour s’orienter en montagne

 

Plus fragile car non conçu pour cette utilisation mais néanmoins envisageable, vous pouvez utiliser un autre appareil pour vous orienter en randonnée : votre smartphone.

En effet, vous trouverez des applications de randonnée Android et iOS très utiles pour repérer votre position et votre itinéraire. Cependant, comme le GPS, cela doit rester un moyen complémentaire d’orientation en randonnée et ne doit pas être le seul.

Parmi les applications de randonnée qui vous permettront de vous orienter, nous pouvons citer l’application Whympr.

Née en Haute-Savoie et nommée d’après le célèbre alpiniste Edward Whymper né à Chamonix, cette application offre plusieurs fonctionnalités utiles en randonnée telles que :

  • l’accès à plusieurs fonds de carte
  • un altimètre
  • un GPS pour pouvoir repérer votre position précisément.
  • la consultation de la météo
  • surtout, l’accès à des milliers de sorties dans les Alpes, les Pyrénées et partout dans le monde.

Basée sur un modèle collaboratif, vous pouvez y saisir vos sorties et consulter celles des autres utilisateurs pour différentes activités : randonnée, alpinisme, ski, raquettes…

La version premium permet d’accéder à des fonctionnalités et des contenus supplémentaires et notamment à l’enregistrement de vos sorties.

 

Lever le nez pour ne pas se perdre en randonnée

 

un randonneur cherche son chemin en montagne

 

Pour s’orienter en randonnée, il est impératif de savoir utiliser une carte topographique et une boussole mais il est aussi utile de regarder autour de soi.

Observez les éléments du paysage pour vous repérer dans l’espace. Il ne suffit pas de foncer tête baissée sur le chemin que l’on croit le bon pour bien s’orienter en montagne.

En effet, le terrain évolue plus vite qu’une carte et une avalanche ou un glissement de terrain peuvent la rendre obsolète.

Savoir “lire” le terrain est important pour ne pas se perdre et se mettre en difficulté, que ce soit lors d’une randonnée d’une journée ou dans le cadre d’un voyage trekking.

Levez aussi le nez lorsque vous arrivez à des intersections et éviter de prendre le mauvais chemin. Généralement, c’est aux croisements que se trouve le balisage de randonnée.

Sachez repérer et lire ce balisage. Pour rappel, en France, le balisage de randonnée est :

  • jaune pour les sentiers de Petite Randonnée (PR)
  • jaune et rouge pour les sentiers de Grande Randonnée de Pays (GRP)
  • blanc et rouge pour les sentiers de Grande Randonnée (GR)

Leurs formes indiquent la direction à suivre :

  • Trait droit : continuer dans cette direction
  • Double “flèche” à droite : tourner à droite
  • Double “flèche” à gauche : tourner à gauche
  • Croix : mauvaise direction

En plus des balisages officiels, sachez également repérer les cairns, ces petits tas de cailloux jalonnant les sentiers. Ils peuvent être très utiles sur des chemin hors-sentiers.

À ce propos, essayez de prendre le temps de refaire ceux qui se sont cassés. Par contre, évitez de constituer de nouveaux cairns à moins d’être absolument sûr(e) de l’itinéraire (au retour par exemple). Sinon, vous pourriez induire en erreurs les randonneurs qui passeront par là après vous.

 

Les autres appareils utiles pour l’orientation en montagne

 

L’altimètre

 

Un altimètre est un dispositif qui vous permet de connaître l’altitude à laquelle vous vous trouvez. Cette indication peut être utile pour se positionner sur une carte grâce aux courbes de niveau.

Les altimètres numériques ont une certaine marge d’erreur. Prenez garde à ne pas prendre leurs indications comme vérité absolue. Ils équipent aujourd’hui les GPS de randonnée, les montres connectés et on peut en télécharger sous la forme d’application sur un smartphone.

Les altimètres mécaniques sont bien plus précis, à condition d’être correctement calibrés. L’idéal est de faire cela au départ de votre randonnée, lorsque vous connaissez l’altitude à laquelle vous vous trouvez. Il faudra toutefois refaire cette manipulation régulièrement puisque les altimètres mécaniques dérivent avec le temps et les changements de pression atmospérique.

 

Le podomètre

 

Utiliser un podomètre peut vous aider à vous orienter durant vos randonnées en vous indiquant le nombre de pas et la distance que vous avez parcouru depuis votre point de départ. C’est un appareil particulièrement utile lors de marches en plaine sans point intermédiaire sur votre itinéraire. Si en montagne, il peut être superflu, il sera essentiel lors d’un trek dans le désert !

 

 

0 commentaires

D’autres articles qui peuvent vous intéresser