Faire le Tour du Mont Blanc intégral en 9 jours : le guide complet

par | 1 juillet 2022 | Tour du Mont Blanc : itinéraires

Le Tour du Mont Blanc dans son intégralité se fait sur 9 jours de marche. Chaque été, c’est le choix fait par les marcheurs qui veulent tout voir ! Ce trek est unique et constitue une expérience inoubliable.

Pour un passionné de montagne, le Tour du Mont Blanc intégral est un incontournable qui demande de l’endurance mais peu de technique. Pour réussir votre trek, vous devez surtout être capable de tenir sur la durée.

Sur le Tour du Mont Blanc, vous croiserez de nombreux marcheurs qui se sont lancés le même défi que vous. Nous vous conseillons de marcher dans le sens anti-horaire qui est le sens historique du TMB. Le sens anti-horaire est le moins fréquenté aujourd’hui et vous permet d’admirer davantage les paysages.

La période recommandée pour faire le Tour du Mont Blanc intégral en 9 jours va de Juin à Septembre. C’est un itinéraire de trekking très fréquenté durant l’été. Vous pouvez faire le choix de dormir en dortoir dans des refuges authentiques, en chambre confort ou encore en bivouac pour être au cœur de la nature.

Le Tour du Mont Blanc intégral est un trek fort en émotion qui vous fera traverser trois pays et parcourir 160 kilomètres !

Envie de découvrir les étapes de ce trek en avant-première ? On vous partage le récit de notre Tour du Mont Blanc dans cet article !

 

Tour du Mont Blanc : Le récit d’une aventure inoubliable

 

Durant notre Tour du Mont Blanc encadré, nous étions un groupe de 7 marcheurs. Pour nous guider dans ce périple nous avons pu compter sur Sébastien, un guide avec la joie de vivre. C’est un bonheur de marcher avec comme seul souci la contemplation du paysage. En effet, durant le Tour du Mont Blanc, nous n’avions pas tous nos effets personnels à porter. La logistique est entièrement gérée par l’agence, votre sac à dos vous attend tous les soirs dans votre hébergement.

De plus, nous n’avions qu’à mettre nos pieds sous la table ! Le soir nous avions des repas savoureux et typiques servis dans les refuges. Puis, le midi un “pique-nique” de qualité était fait maison par l’agence, pas de simples sandwichs mais des salades uniques et goûteuses.

 

Nos trois premiers jours en France

 

Le départ du Tour du Mont Blanc est fixé au téléphérique de Bellevue dans le village des Houches. Pour notre part, nous avons dormi la veille dans le même village à l’hôtel Saint-Antoine afin d’être prêt et en forme pour le départ matinal. Nous avons pu laisser notre voiture au parking du Prarion en libre accès et prévu pour les marcheurs du Tour du Mont Blanc. Très pratique et situé à 5 minutes du point de rendez-vous.

Après avoir fait connaissance avec notre guide et confié nos bagages au minibus Watse, nous empruntons le téléphérique avec notre groupe. La marche commence alors jusqu’au Col de Voza pour descendre ensuite vers le refuge du Fioux pour une pause café.

Au mois de Juin, les conditions météorologiques sont parfois instables. Nous avons donc dû nous mettre à l’abri à Bionnassay pour faire face à l’orage et en profiter pour pique-niquer. L’arrivée se fera aux Contamines-Montjoie, vous pourrez faire des achats au village si besoin.

 

Groupe de marcheurs au col du bonhomme

 

Pour le second jour, nous sommes partis vers Notre Dame de la Gorge aux Contamines-Montjoie en minibus afin de nous éviter une partie de route nationale. Une très belle journée ensoleillée nous a permis de passer le Col du Bonhomme (2 329 m) puis celui de la Croix du Bonhomme (2 433 m). Un peu de neige se trouvait sur le sentier mais rien d’insurmontable ! Après la descente, le minibus Watse nous attendait pour nous conduire jusqu’au chalet-hôtel de Roselend. Une belle fin de journée au calme à contempler le lac du barrage de Roselend.

 

Barrage de Roselend

 

Un membre du groupe avait des soucis aux genoux. Rapatrié par le minibus, ce membre a pu se reposer et visiter le village de Saint Gervais-les-bains et nous rejoindre en pleine forme le jour suivant.

Le troisième jour débute aussi par un transfert en minibus vers la ville des Glaciers. Nous partons pour le Col de la Seigne (2 516 m) en passant par le refuge des Mottets. Un peu de neige se trouve aussi sur le sentier et le Col est très venteux. Nous ne nous attardons pas. Ce jour marque le franchissement de la frontière pour passer en Italie.

Durant la descente vers le Val Veny et le refuge Monte Bianco les paysages sont spectaculaires. Tout d’abord, les pyramides calcaires et le glacier de la Lex Blanche, puis, le lac Combal entouré de ses milles couleurs. À l’arrivée la vue sur le massif du Mont Blanc côté italien était incroyable.

 

Descente vers le lac Combal

 

Le TMB côté italien

 

Le jour 4 démarre du refuge Monte Bianco en direction du Col Checrouit. Le long du sentier, vous pourrez admirer la vue sur la ville de Courmayeur en contrebas. Nous sommes ensuite passés par Dolonne, un petit village typique avec plusieurs petites rues pavées. Nous avons atteint la ville de Courmayeur où nous avons pris un café et où il est possible de faire des achats.

Dans le Val Ferret, un chemin bucolique en balcon face au massif du Mont-Blanc vous offrira une vue mémorable. Nous en avons profité un court instant puisque les nuages et la pluie sont arrivés soudainement. C’est donc avec nos vêtements imperméables que nous avons rejoint le refuge Bonatti.

 

Refuge Bonatti

 

En passant par la Suisse

 

Le jour 5, nous prenons la direction du Grand Col Ferret (2 537 m) qui marque le passage de la frontière suisse. Pour y parvenir, nous avons traversé Arnouva, le refuge Elena et surtout, durant cette ascension, nous avons dû braver les éléments. À défaut d’avoir pu observer la vue depuis le col, nous avons vécu une expérience magique. Comme seul au monde, les conditions hivernales et la neige nous ont donné la sensation d’être sur la lune ! Le soir, pour se réchauffer, rien de mieux qu’une bonne raclette à l’Auberge de Mayajoie dans le petit village suisse de la Fouly.

 

Grand col Frerret avec un peu de neige

 

Après toutes ces émotions, le jour 6 offre un peu plus de détente. Le beau temps est de retour et moins de marche nous attend. On prend la direction de Champex avec un petit sentier en forêt qui ne fait pas de mal car la chaleur est de retour. Nous traversons de magnifiques paysages suisse : de jolis villages typiques, d’immenses champs de fleurs, des vaches suisse, de beaux chalets en bois… Une pause au bord du lac de Champex avec les canards comme compagnie. L’arrivée au relais d’Arpette marque la fin de l’étape et nous dévoile la suivante.

 

La mythique fenêtre d’Arpette

 

En effet, l’objectif du jour 7 est bien la Fenêtre d’Arpette (2 665 m). C’est le plus haut sommet du Tour du Mont Blanc, un défi à relever pour certains et un passage obligé pour d’autres. Habituellement inaccessible avant mi-juillet, avec les fortes chaleur de juin la neige avait complètement disparu à l’exception de quelques petits névés. Nous marchons motivés vers le sommet sous une chaleur écrasante au milieu des pierres. Le panorama du sommet en valait le coup, une vue sur Trient en contrebas, les sommets suisses, le glacier du Trient qui paraît tellement proche et plus loin, le barrage d’Emosson.

 

Vue depuis la fenêtre d'Arpette

 

Une pause face au glacier s’impose afin de boire un verre et surtout remettre de la crème solaire pour se protéger des rayons du soleil assez puissants ce jour-là. Un agréable sentier le long de la Bisse du Trient nous mène jusqu’au village de Trient et sa célèbre église rose. Un vrai paysage de carte postale dans lequel nous allons dormir au refuge de la Grande Ourse.

 

La fin du Tour du Mont Blanc

 

Pour nous, l’aventure continue et prend un autre tournant tout aussi sympathique en petit comité. En effet, nous sommes plus que 4 personnes avec notre nouvelle guide Odile.

Le jour 8, nous partons depuis Trient en direction du col de Balme (2 191 m). Le beau temps et les fortes chaleur sont toujours au rendez-vous, on apprécie alors le petit sentier en forêt. Nous avons une belle vue sur le village de Trient que nous laissons peu à peu derrière nous pour laisser place à la vallée de Chamonix. Nous passons l’Aiguillette des Posettes (2 201 m) d’où l’on peut aussi apercevoir le barrage d’Emosson.

 

Descente vers Argentière

 

La descente vers Argentière passe par Tré le Champs et son sentier en balcon face à l’impressionnante chaîne du Mont-Blanc et ses glaciers : glacier du Tour, Argentière, Mer de Glace et glacier des Bossons. Un large panorama à observer, nos yeux ne savent plus où regarder !

 

Clap de fin de notre belle expérience

 

C’est déjà la dernière journée de notre aventure. Nous partons depuis l’hôtel du Dahu à Argentière en direction du mythique lac Blanc. Durant cette montée, vous devrez passer des petites échelles. Le panorama à l’arrivée est grandiose, la chaîne de montagnes se reflète dans l’eau bleu turquoise du lac. La dernière descente vers Chamonix marque la fin de notre périple.

 

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

D’autres articles qui peuvent vous intéresser