Difficulté du Tour du Mont Blanc : tout savoir pour un trek réussi

par | 9 novembre 2021 | Tour du Mont Blanc : conseils

Si vous êtes adepte de randonnée pédestre et de trekking, vous savez que le Tour du Mont Blanc est un trek incontournable. Cependant, avant de se lancer à corps perdu dans cette aventure, il est nécessaire de prendre quelques précautions et de bien se préparer.

La difficulté du Tour du Mont Blanc, qu’elle soit technique ou physique, pourrait vous faire peur.

Ici, apprenez en détails ce qui fait toute la difficulté (mais aussi la saveur) du TMB et comment vous y préparer 🙂

 

Plusieurs itinéraires : plusieurs niveaux de difficultés du tour du Mont Blanc

 

Les montées difficiles sur le TMB

 

Le Tour du Mont Blanc en intégralité

 

La difficulté du Tour du Mont Blanc intégral réside d’abord dans les efforts physiques qu’il faut faire pour le réaliser. En effet, ce sont 10 000 mètres de dénivelé et 160 kilomètres qu’il faudra parcourir ! Cependant, aucune difficulté technique réelle n’est au programme.

C’est l’itinéraire le plus emprunté pour faire le Tour du Mont Blanc. Et pour cause, il permet de tout voir et ne comporte aucun passage technique. S’étalant généralement sur 9 à 11 jours, avec une durée de marche quotidienne d’environ 6 heures, vous traverserez la France, l’Italie et la Suisse sans faire d’impasse sur votre parcours.

En choisissant cet itinéraire, vous aurez la possibilité d’emprunter de magnifiques chemins en balcon, le long desquels vous aurez tout le loisir d’admirer les plus belles vues panoramiques sur le massif du Mont Blanc et apprécierez tout particulièrement la diversité des paysages traversés : forêts, prairies, crêtes, villages… Cet itinéraire vous permettra également de prendre votre temps pour mieux découvrir de ces magnifiques paysages.

 

Le TMB en 7 jours

 

Plus facile, et surtout plus court, vous avez également la possibilité de faire le Tour du Mont Blanc en 7 jours. Ce parcours est idéal pour ceux qui craindraient la difficulté du Tour du Mont Blanc classique ou qui n’ont pas le temps de le réaliser en intégralité.

Cet itinéraire vous permettra de parcourir les meilleures étapes sans passer à côté des plus beaux panoramas. Les transferts en bus et les remontées mécaniques vous permettront de surpasser certaines difficultés du Tour du Mont Blanc !

Si c’est la difficulté du Tour du Mont Blanc lié à la durée du trek qui vous effraie, cette option est donc probablement la plus adaptée pour vous.

 

La Haute Route du Tour du Mont Blanc

 

La Haute Route du TMB est l’itinéraire ou les difficultés du Tour du Mont Blanc sont les plus nombreuses. A mi-chemin entre randonnée et alpinisme, ce séjour s’adresse à des personnes déjà expérimentées en quête des sensations unique des la haute-montagne !

D’une durée de 7 jours, l’itinéraire n’est donc pas très long. Il vous permet d’évoluer plus haut en altitude. Vous y aurez notamment l’occasion d’y traverser de véritables glaciers et d’évoluer dans un milieu alpin et sauvage.

La haute route est un véritable défi physique pour randonneurs expérimentés.

Attention : il ne faut pas confondre le Tour du Mont Blanc par la Haute Route et la Haute Route Chamonix-Zermatt.

 

Quelles sont les difficultés du Tour du Mont Blanc ?

 

Le dénivelé, première difficulté du Tour du Mont Blanc

 

Les difficultés liées à la météo

 

Les difficultés liées à la météo du Tour du Mont Blanc sont peut-être celles qui peuvent le plus vous effrayer. En effet, en montagne, le temps peut être votre meilleur allié comme votre pire ennemi ! Quels sont les risques et comment y pallier ?

 

1 – Le froid

 

Quand on parle de faire le Tour du Mont Blanc, on peut avoir peur de rencontrer la neige à de nombreux endroits sur le parcours. Mais si vous jetez un coup d’œil à notre article Quand faire le Tour du Mont Blanc ?, vous apprendrez que cela dépend en réalité de la période à laquelle vous décidez de vous lancer.

Cependant, même si en été les températures sont généralement plus douces sur le Tour du Mont Blanc (et même chaudes dans les vallées), le temps peut très vite changer. En montagne, il peut faire très froid, même en plein milieu des mois de juillet et août ! Il vous faudra donc être paré à toutes les possibilités et équipé en conséquence.

La meilleure issue contre le froid reste donc l’anticipation.

Notre solution :

La première solution est logiquement de prévoir votre excursion en fonction de la saison et en fonction du niveau de difficulté du Tour du Mont Blanc que vous souhaitez réaliser.

Notre second conseil est de veiller à avoir le matériel adéquat pour lutter contre le froid, mais surtout :

  • Une première couche respirante pour laisser passer la transpiration
  • Une deuxième couche isolante pour vous garder au chaud
  • Une troisième couche coupe-vent et imperméable pour vous protéger de la pluie et des orages

Pour plus de détails, vous pouvez consulter notre article spécialement dédié à l’équipement de randonnée pour l’hiver.

 

2 – Les orages

 

Si le froid peut être une difficulté en été, il faut également se méfier des orages. Très fréquents en montagne, le ciel peut parfois changer de couleur très rapidement et les orages peuvent facilement vous surprendre.

Les orages présentent deux risques principaux pour les randonneurs :

  • Les glissades : après le passage d’un orage, les roches mouillées peuvent se révéler plus dangereuses car plus glissantes. Il faut donc marcher avec plus de précaution qu’à l’accoutumé.
  • La foudre : pas de panique, vous avez très peu de chances d’être frappé par la foudre mais le risque zéro n’existe pas en montagne !

Notre solution :

Concernant les risques de chute, la meilleure solution reste d’être vigilant. Vous pouvez également diminuer ce risque en étant équipé de bonnes chaussures de randonnée et de bâtons de marche adaptés aux terrains montagneux.

En cas d’orage, la meilleure option reste d’attendre que ça passe, mais il y a tout de même quelques consignes à respecter :

  • Ne pas se réfugier sous un arbre
  • S’éloigner des cours d’eau et des reliefs
  • Se débarrasser de tout élément métallique
  • S’isoler du sol au moyen de son sac à dos, d’une corde, ou de tout élément non-conducteur

Si vous voulez en avoir plus et comprendre comment réagir en cas d’orage, nous vous conseillons de vous attarder sur l’article de Autour du Mont Blanc, qui vous apportera plus de précisions à ce sujet.

 

3 – Le brouillard

 

Tout comme les orages, le brouillard peut être rapide et furtif. Le brouillard en montagne peut être très épais et votre visibilité en sera fortement réduite, augmentant ainsi les risques de vous perdre ou de chuter.

Notre solution :

Pour palier à la problématique du brouillard en montagne, nous vous conseillons une fois de plus de bien préparer votre équipement en ayant toujours à portée :

  • Une boussole et une carte topographique de la région (et surtout apprendre à s’en servir)
  • Un altimètre
  • Un sifflet qui permettra de guider les secours jusqu’à vous en cas de souci.

Il est également conseillé de bien préparer votre itinéraire et de repérer le parcours de la journée, afin de connaître le trajet que vous allez emprunter et être capable de vous repérer en montagne.

Pour éviter de se perdre, vous pouvez aussi choisir de faire le Tour du Mont Blanc avec un guide ou une agence !

 

Les difficultés liées à la technicité du terrain

 

Le terrain change sur le Tour du Mont Blanc

 

Avec une préparation physique adaptée, toute personne en bonne santé peut arriver à faire ce trek. Cependant, il faut tout de même être bien conscient des difficultés du Tour du Mont Blanc liées au terrain.

 

1 – Le dénivelé

 

L’une des plus grosses difficultés du Tour du Mont-Blanc reste son important dénivelé, qu’il soit positif ou négatif. Étalé sur 10 jours, ce défi représente une soixantaine d’heures de marche, et surtout plus de 10 000 mètres de dénivelé positif.

Notre solution :

Outre l’équipement, qui vous permettra de vous aider dans votre progression, la meilleure solution reste de vous préparer physiquement avant votre départ.

Pour ce faire, nous vous conseillons de vous entraîner à marcher régulièrement (plusieurs fois par semaine étant l’idéal) sur des itinéraires ou le dénivelé positif est présent.

Vous pouvez également travailler votre cardio et votre endurance en plaine grâce à la course à pied ou au vélo sur de plus ou moins longues distances. Le plus important pour une bonne préparation est d’être régulier.

 

2 – Les passages techniques, une difficulté sur le Tour du Mont Blanc ?

 

Si vous avez choisi de faire le Tour du Mont Blanc par la voie classique, alors les passages techniques seront rare, voire même inexistants. Quelques mains courantes sont présentes mais il n’y pas de passage exigeant de poser les mains ou d’escalader.

Cependant, si vous vous lancez le défi de faire le Tour du Mont Blanc par la Haute Route, vous serez amené à croiser des passages plus techniques :

  • Échelles
  • Mains courantes
  • Passages exposés
  • Traversées de glaciers…

Notre solution :

Pour vous préparer à affronter ce type de difficultés du Tour du Mont Blanc, la solution optimale reste de bien vous renseigner avant votre départ sur les passages qui nécessiteront une attention particulière. Cela vous permettra de ne pas être surpris lorsque vous serez en montagne et de pouvoir les passer sans trop de difficulté.

Pour plus de sérénité, vous avez toujours la possibilité de vous faire accompagner par un guide spécialisé qui connaît le TMB.

 

Les difficultés liées à l’effort physique

 

Comme nous avons pu déjà l’évoquer précédemment, le Tour du Mont Blanc nécessite une bonne préparation physique. Cependant, malgré vos efforts, et même si vous êtes sportif, il est possible que vous rencontriez quelques difficultés physiques dues à l’usure, ou à la fatigue musculaire.

Faire le tour du Mont Blanc peut être une expérience physique intense. Il est tout de même bon de rappeler que les difficultés du Tour du Mont Blanc dépendent essentiellement du choix de votre parcours et qu’en fonction de l’itinéraire, de la durée, du dénivelé, de l’hébergement que vous aurez choisi, l’usure physique ne sera pas la même.

Nous vous rappelons également que le Tour du Mont Blanc n’est pas de la haute montagne. Il est donc peu probable que vous soyez atteint du mal des montagnes. Cependant il est possible qu’au cours de votre excursion, vous ressentiez la fatigue physique classique (courbatures, souffle court, sommeil) due à la durée du voyage et à la continuité de l’effort physique.

Notre solution :

Outre la préparation physique, si la fatigue du trek vous inquiète, nous vous conseillons de rendre votre excursion plus facile en faisant transférer vos sacs par exemple, et en choisissant de dormir dans des refuges ou vous trouverez plus de confort

ATTENTION : il est important de penser à réserver vos refuges longtemps à l’avance. Vous trouverez plus d’informations dans notre article dédié aux refuges de montagne sur le Tour du Mont Blanc.

 

Quel entraînement pour faire le Tour du Mont Blanc ?

 

Coureurs et marcheurs

 

Si faire le Tour du Mont Blanc est accessible à tous et même aux débutants, il faut tout de même bien se préparer et avoir une bonne condition physique. Pour ce faire, pas le choix : il faut faire du sport.

 

Nagez !

La natation est un sport très complet qui vous permettra à coup sûr de gagner en endurance s’il est pratiqué dans ce but et de façon régulière. En plus de faire travailler vos articulations (et de leur faire du bien) ce sport permet de faire travailler l’ensemble des muscles de votre corps, ce qui vous sera d’une grande aide lorsque vous devrez affronter les difficultés du Tour du Mont Blanc.

 

Pédalez !

Pratiquer le cyclisme régulièrement est un atout. Sport d’endurance, il vous permettra de muscler essentiellement votre dos et vos jambes qui seront fortement sollicitées lors de votre excursion tout en préservant vos articulations et en travaillant votre cardio.

 

Courez !

Rien de tel pour le cardio qu’une bonne course à pied. Un peu plus violent pour les articulations mais tout aussi efficace, la pratique de ce sport vous permettra à coup sûr d’être mieux préparé pour faire le Tour du Mont Blanc. Que ce soit sur terrain plat, pour travailler essentiellement votre endurance, ou via la pratique de Trail Running qui vous garantira une préparation physique à toute épreuve, la course à pied est toujours une bonne idée.

ATTENTION : la course à pied peut constituer un effort violent pour l’organisme, si vous constatez quelque chose d’anormal lors de vos sorties, pensez à demander un avis médical.

 

Marchez !

Quoi de mieux que la randonnée lorsqu’on prépare une randonnée ? Si nous vous conseillons de la pratiquer toute l’année (car ça fait toujours du bien de marcher), nous vous conseillons également d’accentuer vos efforts lors du mois précédent votre départ pour le Tour du Mont Blanc. Frottez-vous régulièrement à du dénivelé, et faites des marches à la journée ou sur quelques jours, cela vous permettra de mieux appréhender les difficultés du Tour du Mont Blanc.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

D’autres articles qui peuvent vous intéresser